L'énurésie

Suite à ma rencontre avec Romuald (14 ans) et vu que je l’ai été jusqu’à 7 ans, j’ai décidé de parler de l’énurésie qui n’est pas la chose la plus agréable au monde

L'énurésie est le nom médical pour parler du " pipi au lit ".

La définition de l'énurésie est une émission involontaire et inconsciente d'urine. Cette définition est incomplète pour définir correctement l'énurésie. Un enfant est énurétique si :

- son âge est supérieur à 5 ans ( à cet âge là l'enfant est capable de contrôler son sphincter vésical )
- sa miction est active, complète, involontaire, inconsciente
- la miction arrive au cours du sommeil
- son appareil urinaire ne présente pas de malformation
- l'examen neurologique et psychiatrique est normal

Il existe une énurésie primaire et secondaire :

Lorsqu'un enfant n'a jamais était propre la nuit, l'énurésie est dite primaire.
Lorsqu'un enfant a était propre la nuit pendant au moins 6 mois, l'énurésie est dite secondaire.


L'énurésie ne s'applique pas à :

un enfant de 4 ans qui fait " pipi au lit ",
un enfant qui à une malformation de l'appareil urinaire,
un enfant paraplégique,
un enfant diabétique,
un enfant épileptique,
un enfant déficient mental, etc.


Bien que l'énurésie soit bénigne, les enfants et les parents le vivent très mal :

Pour un enfant, mouiller ses draps toutes les nuits engendre un sentiment de honte. De plus, il va refuser toutes les situations ou il devra passer la nuit hors de chez lui (camping avec les copains, centre de vacances, sortie avec l'école...). Il sait que s'il mouille ses draps en présence des autres enfants, il sera la cible des moqueries du genre : pisseux, pue la pisse...

Pour les parents, changer et laver les draps tous les jours engendre un surcroît de travail. De plus, beaucoup pense que leur enfant le fait exprès, ce qui fait naître un conflit familial dont l'enfant en subit les conséquences (punitions, engueulades...) en plus de son énurésie à gérer. Je le dis une bonne fois pour toute, un enfant énurétique ne le fait pas exprès.

    Plus on avance en âge, moins il y a d'enfants énurétiques :

  • à 5 ans : ils sont 10 à 15 %

  • à 8 ans : ils sont 7 %

  • à 15 ans : ils sont 1 %

  • Parmi tous ses enfants, les garçons sont les plus nombreux.


L'énurésie primaire isolée est un trouble du développement. Il y a donc des guérisons spontanées par le simple fait que l'enfant grandisse et souvent vers la puberté avec la pratique du contrôle de la masturbation. En fonction du retard de se développement, cette guérison peut arriver au bout de quelques mois ou quelques années.

Il faut arrêter de prendre votre enfant pour un bébé. Il faut absolument supprimer les couches et mettre une alèse pour protéger le matelas. Très important : un enfant énurétique ne le fait pas exprès (à retenir, à graver, à mémoriser ...).

En aucun cas il faut blâmer, punir, engueuler, frapper, humilier, vexer ... un enfant énurétique. Ce comportement n'arrange rien à la guérison, avec en plus une possibilité de conflit familial qui viendra se rajouter au problème d'énurésie.

Au contraire il faut le déculpabiliser, l'entourer, l'aider, le soutenir pour qu'il conserve son estime de soi.

Le temps est venu de prendre votre enfant pour une personne responsable, alors ne lui mettez plus de couches pour dormir. Pour protéger son matelas, mettez une alèse.

L'énurésie est un syndrome qui guérit toujours.

Un point important : l'enfant doit adhérer et participer a sa guérison.

Traitement à faire.


  • Diminution des boissons le soir :


  • Il faut diminuer les apports liquidiens en quantité et en qualité.
    D'une part pour diminuer la diurèse et d'autre part pour éviter une intoxication à l'eau si l'enfant prend une hormone anti-diurétique.


  • Gestion de la literie :


  • Mettre une alèse pour protéger le matelas. Préparez des draps et un pyjama de rechange pour que l'enfant puisse refaire son lit la nuit après l'avoir mouiller ou le matin au réveil. L'enfant doit changer lui même ses draps mouillés, car cela participe à sa guérison. (l'enfant doit adhérer et participer à sa guérison)
    Les couches doivent être définitivement abandonnées.


  • Éducation sphinctérienne dans la journée :


  • Pour que l'enfant prenne conscience de sa miction et puisse la maîtriser, il faut qu'il interrompe volontairement sa miction 2 à 3 fois à chaque fois qu'il urinera.


  • Réveil de l'enfant :


  • 54 % des enfants énurétiques mouillent leurs draps dans le premier tiers de la nuit.
    L'enfant sera réveillé pour qu'il aille vider sa vessie 60 à 90 min environ après s'être couché. Généralement l'enfant se couche avant les parents. Le plus pratique est que les parents réveillent l'enfant lorsqu'il vont se coucher (ou par un parent ou le responsable de l'enfant ou un frère ou une soeur,...). De plus ne pas oublier d'aller faire uriner l'enfant avant qu'il aille au lit.
    Ce faire réveiller en début de nuit est désagréable, mais ceci est largement compenser par une bonne nuit dans des draps propres.


  • Tenue d'un carnet :


  • Pour que l'enfant participe à sa guérison et pour l'encourager il mettra à jour un carnet où il inscrira les résultats de la nuit : nuit sèche ou mouillée, nombre de miction dans la nuit (il pourra par exemple mettre un soleil pour une nuit sèche et un nuage pour une nuit mouillée).


  • Les alarmes :


  • Lorsque les premières gouttes d'urines arrivent sur le capteur d'humidité (serviette au niveau du pyjama), l'alarme se met à sonner et réveil l'enfant (et toute la famille). L'enfant arrête la sonnerie et va terminer sa miction au toilette. Avant de se recoucher le système d'alarme doit être réactivé.

    Attention pour les enfants qui ont une sudation excessive, la sueur peut déclencher la sonnerie.

    Les premiers résultats apparaissent en 2 à 8 semaines.

    Le système d'alarme est très peu utilisé en France car l'achat de l'appareil n'est pas pris en charge par la Sécurité Sociale. Alors que les résultats sont très satisfaisant au regard des différentes études menées sur ce sujet.

    Pour être efficace, l'enfant doit être capable de comprendre le système. Lorsque l'enfant est suffisamment mature, le succès avec ce système est de 65 à 100 %, quel que soit l'énurésie.

    Ne pas oublier que le succès de l'alarme est aussi étroitement lié à la volonté de guérir de l'enfant et à la motivation des parents.

      Il existe plusieurs type d'alarme :

      Seulement à titre indicatif, je ne suis pas un représentant de ces entreprises qui les fabriquent.

    • Pipi Stop® : il utilise une couche en coton placée dans les sous-vêtements et un boîtier avec alarme mis à côté de l'enfant.


    • Le système Haltur® : est miniaturisé et l'alarme est reliée à un écouteur placé dans l'oreille.


    • Wet Stop® : utilise une alarme fixée sur l'épaule du pyjama.



    Il existe aussi des adultes énurétiques. Ces adultes n'intéressent personne (ou presque), puisqu'il n'y a pratiquement aucune étude les concernant. Ils représentent environ 0,1 % des adultes.

    L'énurésie de l'adulte n'est pas différente de l'énurésie de l'enfant et de l'adolescent. Les études sur l'énurésie de l'adulte, sont très peu nombreuses. On peut les compter sur les doigts d'une main.

    Article de Docteur Zozo

    On en parle sur le forum